Tourbière de Lokolama : enjeux environnementaux et pauvreté des peuples autochtones

Depuis 2017, la plus grande tourbière de l’Equateur de 7 m de profondeur, d’une superficie de plus ou moins 1.015.111 ha comprenant des essences forestières de haute valeur révélées lors de l’inventaire sommaire des ressources effectué par l’Université Britannique. Son existence a été confirmée également par des missions des chercheurs de Green Peace effectuées en  2017 et 2018. Ces missions de recherches sur les  tourbières se sont étendues au-delà de  LOKOLAMA, jusqu’à Mweko,  Bosukela, Bonsole et bien d’autres encore pour la confirmation de l’existence d’autres tourbières disséminées à travers la Province de l’Equateur.

Partager cet article avec vos collegues

Depuis 2017, la plus grande tourbière de l’Equateur de 7 m de profondeur, d’une superficie de plus ou moins 1.015.111 ha comprenant des essences forestières de haute valeur révélées lors de l’inventaire sommaire des ressources effectué par l’Université Britannique. Son existence a été confirmée également par des missions des chercheurs de Green Peace effectuées en  2017 et 2018. Ces missions de recherches sur les  tourbières se sont étendues au-delà de  LOKOLAMA, jusqu’à Mweko,  Bosukela, Bonsole et bien d’autres encore pour la confirmation de l’existence d’autres tourbières disséminées à travers la Province de l’Equateur.

Le village Lokolama est une localité des peuples autochtones de plus de 600 Habitants avec au moins  85 ménages situé sur l’axe Mbandaka Bikoro à 50 Km de la Ville de Mbandaka dans le groupement BOFIDJI Ouest, Secteur Administratif des Elanga, territoire de Bikoro dans Province de l’Equateur. C’est aussi, la première localité sur cet axe  dont le PA dispose de leur propre forêt et une Concession de Foret des Communautés Locales (CFCL) dont le processus d’obtention de titre de propriété et élaboration d’un plan simple de gestion encours de finalisation.

Au regard  des enjeux environnementaux, LOKOLAMA fait à ce jour  l’objet des convoitises et attire la curiosité de plus d’un chercheur,  des acteurs et opérateurs environnementaux.

 

 

Malheureusement et contre toutes attentes, une pauvreté indescriptible et ses corollaires y bats son plein parmi les peuples autochtones. Et comme cela ne suffisait pas, les PA de Lokolama ne sont pas impliqués dans le PIREDD/Equateur. Ils ont eu à déplorer cela travers leur Chef de Localité, Monsieur ENGOBO BONKILE, auprès de  la délégation de GTCRR/Equateur conduite par son Président Omer KABASELE lors de sa mission de suivi de PIRERRD de Juillet 2021 pour leur implication au même titre que les autres membres des Communautés Locales.

Didier BOKWALA

PCO/GTCRR-Equateur

Share this:

Vues : 0

Partager cet article avec vos collegues

Laisser un commentaire

Menu