Révision de la CDN-RDC : les membres du  GTCRR donne la position et apporte  leurs contributions

Les Organisations non gouvernementales, plateformes de la société civile nationale environnementale et PA pygmées, réunies au sein du GTCRR ont salué l’organisation du processus de révision de la Contribution déterminée au niveau national (CDN) entamée par la RDC dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), en application de l’Accord de Paris. Elles encouragent le Gouvernement à poursuivre ses efforts pour parachever les réformes amorcées dans les secteurs forestier, foncier, énergétique, agricole et de l’aménagement du territoire en vue de donner une nette et claire ambition au Document de la CDN.

Elles ont formulé les recommandations suivantes contenues dans deux documents à savoir la Note de position et la Note de contributions qui ont été déposées ce 21/12/2020 auprès du Point Focal de CDN RDC. Cliquer ce lien pour l’intégralité des documents https://bit.ly/34zKwuN

Partager cet article avec vos collegues

Les Organisations non gouvernementales, plateformes de la société civile nationale environnementale et PA pygmées, réunies au sein du GTCRR ont salué l’organisation du processus de révision de la Contribution déterminée au niveau national (CDN) entamée par la RDC dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), en application de l’Accord de Paris.  Elles encouragent le Gouvernement à poursuivre ses efforts pour parachever les réformes amorcées dans les secteurs forestier, foncier, énergétique, agricole et de l’aménagement du territoire en vue de donner une nette et claire ambition au Document de la CDN.

Elles ont formulé les recommandations suivantes contenues dans deux documents à savoir la Note de position et  la Note de contributions  qui ont été déposées ce 21/12/2020 auprès du Point Focal de CDN RDC. Cliquer ce lien pour l’intégralité des documents

 

En ce qui concerne la participation des parties prenantes à la révision et à la mise en œuvre de la CDN

  • Renforcer les consultations, le dialogue et le partage des données entre les ministères sectoriels (forêts, agriculture, énergie, mines, hydrocarbures, etc.) ;
  • Renforcer les capacités des parties prenantes pour assurer leur participation de manière efficace au processus de la mise en œuvre de la CDN ;

En ce qui concerne la coordination de la CDN au niveau national

  • Mettre en place un organe inclusif, participatif et représentatif de gestion de la contribution déterminée au niveau national qui prenne en compte tous les secteurs ;
  • Renforcer les mécanismes de redevabilité, transparence et suivi-évaluation devant légitimer la CDN ;
  • Renforcer la représentativité, minimiser les facteurs de rétention de l’information dans les processus liés à la CDN ;
  • Mettre en place une feuille de route pour implémenter la CDN de manière participative et inclusive, en impliquant la société civile et toutes les parties prenantes pertinentes par des taches et rôles clairement établies.

En rapport avec le genre et intégration de la femme, la reconnaissance des droits des femmes, des peuples autochtones et autres groupes vulnérables défavorisés dans la CDN

  • Favoriser une large participation des femmes dans les processus d’élaboration, de mise en œuvre, de suivi et d’évaluation de la CDN, sur la base de l’analyse des impacts différenciés des changements climatiques sur les hommes et les femmes ;
  • Prévoir dans la politique et la loi sur les changements climatiques des dispositions qui éliminent les discriminations pour faciliter l’accès des femmes et des populations autochtones pygmées aux ressources foncières, écologiques et financières ;

Sur l’adaptation aux changements climatiques

  • Renforcer l’équilibre entre adaptation et atténuation, en ajustant l’effort d’atténuation aux coûts de réalisation de la CDN tels que revus à la hausse pour renforcer et transformer les modes de vie en vue de la neutralité carbone à l’horizon 2030 ;
  • Adapter les coûts des efforts de la CDN en prenant pour ancrage le rôle et les besoins réels des communautés locales et des peuples autochtones pygmées ;

Sur l’atténuation des effets du changement climatique

  • Renforcer la gouvernance forestière, la lutte contre l’exploitation illégale du bois d’œuvre et autres ressources forestières en tenant compte des études, analyses et outils produits dans la mise en œuvre des différents processus forestiers tels que l’APV-FLEGT, la conservation de la nature, la foresterie communautaire, le mécanisme REDD et d’autres ;
  • Lever des options claires sur le système économique et écologique de gestion, traitement et de valorisation des déchets ;
  • Clarifier les questions de gouvernance des tourbières, de leur inventaire et de connaissance de leurs fonctions socio-économiques, culturelles et écologiques ;

Sur la mobilisation des financements

  • Élaborer une feuille de route pour la mobilisation des fonds des guichets prévus par la CCNUCC (fonds d’adaptation, fonds d’atténuation, fonds vert, FEM, etc.) ;
  • Trouver des sources de financements innovantes et réorienter les subventions vers le financement de recherches sur les énergies renouvelables et propres, ainsi que vers d’autres besoins prioritaires en énergie ;
  • Privilégier les entités congolaises ayant une expertise et une expérience dans la mise en œuvre de projets d’adaptation et d’atténuation du changement climatique, en lieu et place des seules institutions/organisations intermédiaires étrangères.

Sur la question de MRV (système de mesurage, rapportage et vérification)

  • Fiabiliser les données de la fixation du niveau de référence des émissions en RDC sur base d’un inventaire dans tous les secteurs émetteurs de GES ;
  • Mettre en place et diffuser les techniques innovantes de mesurage, vérification et rapportage dans le cadre de la contribution déterminée au niveau national, en vue de fiabiliser les données.

Sur la Réduction des Emissions dues à la Déforestation et à la Dégradation des forêts (REDD+), les solutions climatiques naturelles et autres initiatives de compensation

  • Appliquer les principes du consentement libre, informé et préalable (CLIP) tels que retenu dans le guide opérationnel du CLIP/REDD+ dans le processus REDD+ partout où les programmes sont en exécution ;
  • Mettre en place une stratégie efficiente de capacitation des représentants des peuples autochtones pygmées qui participent aux discussions sur la REDD+ et dans les zones d’exécution de programmes REDD+ en RDC ;
  • Que les principes énoncés dans l’Accord de Paris sur la mise en œuvre de la REDD+ et solutions climatiques naturelles soient clarifiés.

Sur l’accord global de Glasgow relatif au climat

  • Que l’accord intègre le transfert et le développement des technologies propres au sein des pays en développement, notamment énergétiques (solaire, hydroélectrique), de l’agroalimentaire, de la construction, etc. ;
  • Qu’un mécanisme de financement pour le soutien aux CDN des pays en développement soit mis en place ;
  • Que soit intégré officiellement dans les mécanismes de financement un quota d’un pourcentage raisonnable destiné au financement des activités de la société civile environnementale et des peuples autochtones pygmées.

 

Denis M.

Share this:

Vues : 0

Partager cet article avec vos collegues

Laisser un commentaire

Menu