La REDD+, une opportunité de développement durable et inclusif

La RDC s’est depuis 2009 engagée dans le processus de Réduction des émissions liées à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+). Ce mécanisme de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) vise à encourager les pays forestiers tropicaux en développement à mieux gérer, à utiliser durablement et à protéger leurs ressources forestières au travers notamment d’incitations financières, afin de contribuer aux efforts mondiaux de lutte contre les changements climatiques.

Il s’agit d’un mécanisme volontaire ayant pour vocation de participer activement au développement durable du pays. Basée sur la performance, la REDD+ anticipe les évolutions actuelles en matière d’aide publique au développement, en particulier la finance climat globale. Telle qu’en témoigne la chronologie ci-dessus (Figure 1), d’importantes étapes ont été franchies conjointement au niveau national par le gouvernement, la société civile et les partenaires techniques et financiers internationaux.

Avec le soutien du Programme des Nations Unies pour la REDD+ (Programme ONU-REDD) et du Fonds de partenariat pour le carbone forestier de la Banque mondiale (FCPF), le pays a ainsi élaboré un plan de préparation (R-PP) qui a fait de la RDC le premier des 47 pays du programme REDD+ à finaliser sa phase de préparation. Il a ensuite développé et validé une stratégie nationale cadre. Adoptée en 2012 par le Conseil des Ministres, elle est intégrée à un haut niveau et de manière intersectorielle à la politique nationale. Suite à la validation de son Plan d’investissement, la RDC entre désormais dans la phase des réformes politiques et d’investissement de la REDD+, soutenue par la Central African Forest Initiative (CAFI) et d’autres partenaires. Cette phase ne pourra être mise en oeuvre sans la participation concrète de la société civile, partie prenante indispensable au succès du processus en cours, comme l’indique le cadre stratégique du programme ONU-REDD+ 2016-20208.

En collaboration avec ses partenaires, le Gouvernement de la RDC a ainsi entrepris des efforts conséquents pour développer son programme national de REDD, souvent présenté comme un modèle d’engagement des parties prenantes de la société civile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu