Bas-Uélé : Une délégation de GTCRR a été reçue par Joseph KAY ELENGE Ministre provincial de l’Environnement et Tourisme.

La délégation de GTCRR a eu un entretien samedi 30 mars 2019 avec l’autorité en charge de gestion de l’environnement à Buta dans l’optique de demander son implication dans le processus de création et d’installation de sa coordination provinciale dans la ville de Buta.

Le GTCRR a exposé au ministre provincial les objectifs de la mission qui consiste à  procéder à  la création d’une nouvelle coordination dans la province de Bas-Uélé, dans la ville de Buta. Cette mission sera réalisée lors d’un atelier qui sera organisé à Buta du 1-2 avril 2017 dans la salle de conférence PLANKUMU et qui regroupera plus 40 organisations de la société civile toutes tendances confondues et ces sont dernières qui procéderont à l’élection de leurs propres animateurs dont notamment le coordonnateur provincial.

Le ministre Joseph KAY, a exhorté le GTCRR à travailler avec les autorités dans une démarche participative, et surtout de mobiliser les organisations de la société civile locale à s’engager dans un suivi citoyen des activités de Projet Intégré REDD+ exécuté par le PNUD  dans le Bas-Uélé.

En effet, les financements des tous les projets dans le domaine de déforestation et de changement climatique ne se fait qu’à Kinshasa, la province de Bas-Uélé ne bénéficie pas des effets de tous ces engagements alors que la province regorge plusieurs kilomètres de forêts et les réserves naturelles telles que RUBI-TELE, des aires protégés,  les domaines de chasse, les chantiers forestiers qui datent de la période coloniale. Le fond forestier national n’a effectué aucun Kilomètre de  reforestation depuis sa création, et les données collectées n’ont jamais fait l’Object de restitution en province de Bas-Uélé afin de savoir quelle est  la CDN (Contribution déterminée nationale) de la province.

Cette situation de chose, entraine plusieurs difficultés, le manque de moyens, matériels et véhicules,  le non-paiement des agents qui travaillent pour la sauvegarde de l’environnement. Dans la province 3 agents seulement disposent des numéros matricules sur 857 répertoriés au ministère de l’environnement. Il y a risque que les autorités locales pratiquent la déforestation afin de disposer les moyens dont ils ont besoin pour le développement de la province car Bas-Uélé ne reçoit rien de fonds destinés à la protection de l’environnement car les moyens disponibles ne sont jamais distribués pour une bonne gouvernance forestière dans le Bas-Uélé.

La délégation du GTCRR est satisfaite de cet ’accueil du ministre et a promis de mobiliser les organisations de la société civile ainsi que les partenaires techniques et financiers pour apporter leurs soutiens pour le développement de la Bas-Uélé.

1 Commentaire. En écrire un nouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer

Menu